La vérité sur le lait

Et si consommer un produit laitier par jour c’était suffisant…

Alors pourquoi sommes nous harcelés par l’industrie laitière (Danone, Neslé…) et poussés par le plan national de nutrition à consommer 3 ou 4 laitages par jour pour être soit disant en bonne santé, pour prévenir l’ostéoporose… Des allégations santé soutenues par aucune preuve scientifique.

Si le lait et les produits lactés sont devenus synonyme de calcium, d’os solides, on peut se demander pourquoi les grandes consommatrices de lait sont en première ligne concernant l’ostéoporose ?

On ne peut plus ignorer aujourd’hui tous les ouvrages qui traitent de ce sujet et qui s’appuient, eux, sur de nombreuses études scientifiques indépendantes de l’industrie laitière qui veut absolument nous faire croire que le lait est bon pour la vie, bon pour les os, bon pour la santé.

Ne s’intéresse-t-elle pas plutôt à ses profits qu’au profit de notre santé quand à grand renfort de spots publicitaires, elle nous persuade de ses bienfaits et nous fait croire que ces aliments sont indispensables?

La seule certitude c’est que le lait est un aliment parfait pour les veaux comme le lait maternel est parfait pour le nourrisson.

Il serait peut-être temps d’en prendre conscience et sans les supprimer, de consommer lait et produits laitier avec modération, pour le plaisir pour ceux qui l’aiment.

Zoom sur le lait… lactose, caséine

Composé à 86;6% d’eau, le lait de vache comprend 4,1% de graisse, 3,6% de protéines, et 5% de lactose. Il contient également 0,7% de minéraux, dont le calcium (132 mg/100g).

Le lactose, c’est le sucre du lait qui doit normalement être dissocié, par une enzyme « lactase », pour être digéré correctement. La mauvaise digestion du lactose fait qu’il reste dans l’intestin, il endommage ses parois, ce qui est à l’origine de la production de gaz, de diarrhées, de ballonnements, de douleurs…

Le lactose il y en a partout, dans les entremets, les gâteaux, les laitages sucrés, les gratins (béchamel)… Il n’y en a pas par contre dans les fromages car il est transformé lors de la fermentation. Les yaourts ou fromages blancs sont à préférer au lait car le lactose est déjà « prédigéré » de part sa fabrication

Si le lait était si bon pour la santé, vous êtes vous demandé pourquoi on commercialise aujourd’hui des laits allégés en lactose et des laits sans lactose ?

La caséine, c’est la protéine du lait qui pose aussi problème au même titre que le gluten (protéine des céréales mutées). L’intestin humain ne contient pas la présure des veaux qui leur permet de « cailler » la caséine. Le lait de vache, particulièrement riche en caséine (5 fois plus que le lait humain) n’a aucun intérêt pour l’organisme passé l’âge de 3 ans puisque l’organisme ne dispose plus de l’enzyme (L-caséase) nécessaire à sa bonne digestion.

Passé cet âge, il devient donc petit à petit de plus en plus allergisant et difficilement assimilable par l’organisme. Il est à l’origine de certaines formes d’asthme, de problèmes cutanés (eczéma, psoriasis …), d’allergies diverses…

Que reproche-t-on au lait ?

Les raisons pour lesquelles les produits laitiers pourraient être nocifs sont multiples…

Consommés à raison de 3 ou 4 par jour et plus, les laitages apportent notamment:

Trop de pesticides, de protéines antigéniques, d‘hormones (estrogènes, insuline) et de facteurs de croissance.

Les produits laitiers sont soupçonnés depuis longtemps de poser un certain nombre de problèmes et d’être incriminés dans plusieurs pathologies : maladies chroniques, dégénératives et cardio-vasculaires, troubles digestifs, intolérances et allergies alimentaires, cancers…

Depuis plusieurs années, des études mettent en lumière les possibles connexions avec le diabète, les cancers du sein, ovaires, testicules et prostate.

Le lait de vache contient une hormone appelée IGF-1 (Insulin-Like Grown Factor-1). La même hormone est présente naturellement dans l’organisme humain pour stimuler la croissance des nourrissons et décline quand l’enfant grandit. Même si une petite quantité de cette hormone dans le sang est normale, un taux élevé augmenterait les risques de cancer. Des expériences ont montré que le IGF-1 du lait de vache encourage la multiplication des cellules cancéreuses. Lorsque des femmes pré-ménopausées ont une augmentation du IGF-1 dans leur sang, leur risque de cancer du sein serait multiplié par 7.

Quelques petits conseils

Vous souffrez de troubles digestifs, de maladies autoimmunes (polyarthrite rhumatoïde, lupus, basedow, hashimoto…), de maladies dites d’élimination (colite, RGO, eczéma, urticaire, psoriasis, asthme…), de maladies d’encrassage (fibromyalgie, arthrose, ostéoporose, migraine…)

Et si vous commenciez à vous intéresser à votre perméabilité intestinale et à diminuer votre consommation de lait et de produits laitiers (pendant au moins 3 à 6 mois) si vous êtes gros consommateurs… Vous pourriez vous faire votre propre avis!

Si vous ne pouvez pas vous passer de votre yaourt, préférez les yaourts à la chèvre ou à la brebis car le lait de chèvre ou de brebis est un lait sans lactose.

N’oubliez pas, si vous avez peur de manquer de calcium qu’il est apporté aussi par les végétaux : légumes secs, légumes verts, crudités, fruits secs et fruits frais.

Les jus végétaux: lait d’amande, lait de riz, lait de soja, lait d’avoine, lait de châtaigne, lait de quinoa, lait d’épeautre ne contiennent pas de caséine. On peut faire d’excellentes pâtisseries ou entremets avec ces jus végétaux

Pour un meilleur transit et comprendre sa digestion : les plantes et herbes qu’il vous faut
L’eau la boisson santé